24 septembre 2014 : atelier « mains » au Musée Ariana

Ce matin, l’atelier organisé au Musée Ariana en partenariat avec La Roseraie a connu un immense succès. Pas moins de cinquante personnes migrantes, adultes et enfants, ont travaillé la terre ensemble. Durant cet atelier sous la conduite de la céramiste Charlotte Nordin, chacun s’est appliqué pour créer une main unique en argile, aux grands doigts puissants ou aux lignes finement dessinées. En plus des visages créés lors des ateliers au centre de la Roseraie, ces mains viendront compléter des personnages dont le corps est en matériaux de récupération. Ces derniers seront exposés en décembre à l’Ariana durant un mois.

25 juin 2014 : les mains et visages en céramique arrivent au Musée Ariana

Après une cuisson dite à « basse température » (environ 900°C) dans un four d’une contenance de 320 litres, les pièces sont enfin prêtes. Soigneusement emballés pour le transport, les mains et visages ont quitté la Fondation Bruckner à Carouge pour rejoindre le Musée Ariana ce matin.

21 mai 2014 : troisième atelier céramique

Des mains et des visages bien expressifs ont été créés lors de ce troisième atelier de céramique à La Roseraie. Ces pièces disposées dans des caisses seront ensuite emballées pour les protéger en attente de leur cuisson à la Fondation Bruckner à Carouge.

 

Disposées aux quatre coins du Centre la Roseraie, les sculptures en matériaux de récupération accueilleront prochainement leurs mains et visages en céramiques. Ces personnages habitent véritablement l’espace et donnent lieu à des rencontres surprenantes avec les visiteurs du centre qui les découvrent.

7 mai 2014 : deuxième atelier céramique à La Roseraie

Pour le deuxième atelier « visages et mains », certains reviennent pour le simple plaisir de façonner la terre – « c’est apaisant », dit un participant -, d’autres viennent découvrir ce matériau pour la première fois, mais tous font preuve d’une aptitude naturelle voire innée à travailler l’argile!

La Maisonnée : visages de la terre

Mis en avant

Les personnes migrantes réinventent le nomadisme culturel au Musée Ariana

Déjà fort de plusieurs partenariats qui l’ancrent pleinement dans la vie culturelle genevoise, le Musée Ariana promeut les activités hors les murs, en s’associant cette année à La Roseraie. Ce centre d’accueil, d’échanges et de formation se donne pour objectif « d’améliorer les conditions d’existence et la qualité de vie des personnes migrantes à Genève » et ce, « sans distinction de statut, de nationalité, d’appartenance religieuse, d’âge ni de genre ».

Plusieurs ateliers seront organisés à La Roseraie afin que les personnes migrantes créent ensemble – « main dans la pâte » – les personnages d’une maisonnée. À l’image des participants dont les origines, les langues, les parcours et les situations sont variés, la composition de ces sculptures sera hétéroclite : tête et mains seront façonnées en céramique, contrastant avec les matériaux de récupération mixtes utilisés pour le corps. Faisant fi des frontières, cette expérience de création collective ambitionne de tisser les liens de l’altérité, de construire à partir de la diversité et nous promet d’intenses moments d’échange et de partage.

Cet hiver, les visiteurs du musée découvriront ces créations disséminées en des lieux parfois insolites ou cocasses choisis par les participants au projet. Éveillant l’intérêt du néophyte ou surprenant le visiteur averti, ce petit village sera peuplé d’êtres singuliers, à la fois semblables et différents, mais chaque fois uniques.

Une visite des collections et des espaces d’exposition du Musée Ariana a été organisée dans le cadre des « Circuits découverte » proposés aux personnes migrantes par le Centre de La Roseraie, leur donnant ainsi l’occasion de participer à la vie locale et facilitant par là même leur reconnaissance dans la Cité.